Programme Africa 2009

A partnership of African cultural heritage organisations and En partenariat avec les institutions culturelles africaines EPA, CHDA, ICCROM

En 1998, AFRICA 2009 fut présenté lors d’une réunion régionale sur le patrimoine culturel africain à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Ce programme représente l’effort conjoint du patrimoine culturel africain, de l’ICCROM, du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO et de CRATerre-EAG. Il est ancré sur cette notion de base que les problèmes que l’Afrique doit affronter en matière de conservation ne doivent pas être envisagés exclusivement sous un angle technique mais doivent être considérés dans l’optique de la relation qui existe entre le patrimoine immobilier des diverses communautés et l’environnement.

En 1996, une estimation sur les besoins de base fut menée pour déterminer l’état du patrimoine culturel immobilier africain. Des formulaires furent distribués dans 44 pays africains qui, dans 60% des cas, répondirent. Partant de là, une stratégie de formation sur le patrimoine immobilier africain au sud du Sahara fut élaborée. Les résultats de cette étude et sa diffusion durant la phase de développement du programme permirent d’identifier un certain nombre de problèmes concernant la conservation et la gestion du patrimoine culturel immobilier en Afrique subsaharienne. Ils ont été vérifiés et développés au cours des trois dernières années lors de séminaires, cours régionaux et autres rencontres. La liste suivante présente les problèmes que les professionnels de la région doivent affronter :

  1. Politiques en matière de conservation : là où elles existent déjà, les politiques en matière de conservation ne sont pas bien intégrées dans le cadre d’un développement durable.
  2. Politiques de financement : le développement du financement participatif immobilier n'est pas toujours fait de manière adaptée et pertinente.
  3. Législation : la législation ayant pour but la protection du patrimoine culturel immobilier est souvent sans effet.
  4. Structures institutionnelles : les structures institutionnelles en matière de conservation ont besoin de plus de stabilité pour pouvoir incorporer la conservation dans le processus de développement.
  5. Ressources humaines : les ressources et compétences humaines (personnel professionnel, artisanat spécialisé) sont insuffisantes pour la gestion, la conservation, l’entretien des méthodes et matériaux traditionnels.
  6. Planification et gestion : le patrimoine culturel immobilier continue à se dégrader par manque de planification et de gestion de la conservation.
  7. Sensibilisation : les politiciens, les décideurs et les communautés locales ne se rendent pas compte que la conservation peut être englobée dans les changements économiques, sociaux et de l’environnement.
  8. Développement économique et conflits : on constate un manque de stratégies réelles en vue du développement (y compris le tourisme) qui tiennent compte des besoins de la conservation dont puissent bénéficier les communautés locales.
  9. Ressources financières et infrastructures : les ressources sont insuffisantes pour le maintien d’un niveau de conservation acceptable.
  10. Documentation et inventaire : les inventaires nationaux du patrimoine culturel immobilier sont incomplets ou inexistants.
  11. Réseau : des professionnels de la région affrontent les problèmes mettant en commun l’information, les spécialistes, les connaissances et les technologies.

AFRICA 2009 - ICCROM
Via San Michele, 13 - 00153 Roma - Italia
Tel: (39-06) 585 53 314 - Fax: (39-06) 585 53 349 -
E-mail: africa2009@iccrom.org